Pacte électrique : Nouvelle Volt' face du président de Région

Publié le par Elu-e-s Europe Ecologie - Région Bretagne

Bannière Intergroupe EEB-UDB mail

Communiqué de presse
Mercredi 15 décembre 2010

Pacte électrique : Nouvelle Volt' face du président de Région

Les élu-e-s des groupes Europe Ecologie-Les Verts et UDB au Conseil régional de Bretagne se félicitent de la décision du président  Jean-Yves Le Drian d'approuver leur demande d’une session extraordinaire le 6 janvier prochain et de reporter sa propre signature au pacte électrique breton que les autres partenaires viennent d'entériner. Ils regrettent néanmoins sur la forme, cette valse-hésitation (1) sur un dossier aussi essentiel pour notre région.

Bien que certains industriels poussent à accélérer le rythme pour la réalisation de leur projet de centrale au gaz, l'assemblée du Conseil régional doit disposer du temps nécessaire au débat démocratique, de l’avis même du CESER. Si la peur de la rupture de courant, « allègrement agitée » ces derniers temps, est la cause de cette approximation démocratique, cette nouvelle centrale ne pourra être en service que dans quatre ans.

S'il faut aller vite, les élu-e-s Europe Ecologie-Les Verts et UDB proposent un plan rapide et efficace d'économies d'énergie et de production par les énergies renouvelables : par exemple remplacer 450 MW de chauffage électrique par des réseaux de chaleur au bois, isoler le parc de logements anciens, installer des panneaux photovoltaïques sur les toits des lycées de la région et les autres bâtiments publics. Ils invitent une nouvelle fois le président Le Drian à revoir le 3ème pilier du triskell énergétique breton, au moment où le Parlement européen envoie un signal retentissant sur les économies d'énergies (2).

 

Anne-Marie Boudou, conseillère régionale Europe Ecologie-Les Verts

Guy Hascoët, président du groupe Europe Ecologie –Les Verts au Conseil régional de Bretagne.

Herri Gourmelen, président du groupe UDB au Conseil régional de Bretagne.


(1) L'arrivée le matin même de la séance du CESER, du bordereau sur  « l’engagement du Conseil régional dans le pacte électrique breton », empêchant cette assemblée de délibérer,  puis l'envoi de ce même document aux conseillers régionaux neuf jours avant la tenue de la session, en dehors du délai de douze jours prévu par le règlement intérieur, avaient poussé les conseillers régionaux de l’UDB et d’Europe Ecologie-Les Verts à demander officiellement le report de l'étude de ce bordereau à une prochaine session. Arguant du fait que nous avions déjà eu toutes les informations en session plénière du 22 octobre, le président de la commission environnement et le vice-président en charge de l'environnement avaient refusé ce report, alors même que les précisions nouvelles apportées sur les engagements financiers de la région doivent être votées.


(2) Le Parlement européen a adopté aujourd'hui à une écrasante majorité, le rapport de M. Bendtsen, détaillant la position du Parlement européen sur l'efficacité énergétique. Le groupe des Verts / ALE s’en félicite, surtout de l'appel à un objectif contraignant de réduction de la  consommation d'énergie de 20% d'ici 2020. Le rapport comprend d’autres avancées, en particulier sur la rénovation thermique des bâtiments. C’est essentiel pour lutter contre la précarité énergétique et créer des emplois : les bâtiments représentent en effet 40% de la consommation d'énergie en Europe.

Publié dans Communiqués

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Philippe Ladame 22/12/2010 07:15


Bonjour,

Apparemment, sur le site du Conseil Régional, le pacte est présenté comme signé : http://www.bretagne.fr/internet/jcms/prod2_90931/le-pacte-electrique-breton-en-action


Elu-e-s Europe Ecologie - Région Bretagne 07/01/2011 18:03



Il a effectivement été signé le 14 Décembre 2010, mais seulement par l'Etat, le président de Région J.Y Le DRian ayant du attendre la décision de l'assemblée régionale réuni en session
extraordinaire le 6 janvier 2011.


Les élu-e-s Europe Ecologie regrettent sur la forme que le projet ait été bouclé avec l'Etat avant même le débat en assemblée régionale.


La méthode est à l'image de la démocratie au sein du Conseil Régional : un président qui décide et une assemblée qui est trop souvent réduite à une simple chambre d'enregistrement.