Soutien aux salariés de Thomson grass valley

Publié le par Elu-e-s Europe Ecologie - Région Bretagne

 

Bannière Intergroupe EEB-UDB mail

Communiqué de presse
Groupes Elu-e-s Europe Ecologie et UDB au Conseil Régional de Bretagne
Vendredi 22 octobre 2010

Soutien aux salariés de Thomson Grass Valley
 
Les groupes Europe Ecologie et UDB ont rappelé en session plénière du Conseil Régional du 21 octobre que près de 200 salariés bretons de Thomson Grass Valley attendaient actuellement leur lettre de licenciement.
 
A l'image de Molex dans le Tarn, cette filiale de Technicolor est le symbole des entreprises rentables sacrifiées au nom d'une logique purement financière qui échappe aux salariés et aux élus locaux.
Frédéric Rose, son PDG, a morcelé puis bradé à un fonds de pension américain ainsi qu'à l'entreprise Cofidur à Laval, un outil industriel qui reste pourtant le fleuron de l'industrie française en matière de NTIC et dont le carnet de commandes ne désemplit pas.
Les salariés se sont vus imposés un plan social indigne, des électroniciens et des câbleurs se sont vus proposer des postes dans l'agroalimentaire en matière de reclassement.
 
Derrière le drame humain, c'est aussi le drame de la désindustrialisation de la Bretagne qui se joue là.
Les emplois en recherche et développement prévus à Cesson ne sauraient compenser la perte d'un tel outil de production. Une économie basée sur la recherche et la production de connaissances n'est pas à même de relever les enjeux de demain, c'est à dire la nécessaire maîtrise de la production par les territoires et la création d'emplois diversifiés et non délocalisables.
 
Les élus Europe Ecologie et UDB regrettent que la Région n'ait pas suspendu les subventions à Technicolor en appui aux salariés. Il est pourtant du rôle du Conseil Régional que de garder la maîtrise politique des deniers publics qu'il alloue aux entreprises privées.
 
Ils souhaitent que d'une logique curative nous passions à une logique préventive : il est temps d'engager la conversion écologique de l'économie bretonne et de conditionner les aides aux entreprises à des critères sociaux et environnementaux exigeants.
 
Guy Hascoët, président groupe Europe Ecologie Bretagne
Herri Gourmelen, président groupe UDB

Publié dans Communiqués

Commenter cet article