Pour un humanisme numérique

Publié le par Elu-e-s Europe Ecologie - Région Bretagne

http://dl.dropbox.com/u/8591714/Rougier.jpg

Session plénière du Conseil Régional de Bretagne des 24 et 25 Mai 2011
Schéma de Cohérence Régional d'Aménagement Numérique,

Bretagne Numérique,

Campus Numérique

Intervention de Gaëlle Rougier pour Europe Écologie – Les Verts

 

 

Avec l'élaboration du Schéma de Cohérence Régionale Numérique (SCORAN), la Bretagne fait la course en tête de l'aménagement numérique du territoire et s'inscrit dans le calendrier précipité imposé par l'Etat pour être éligible aux fonds du grand emprunt. Nous aurions souhaité que sur un dossier aussi important, le temps nous soit donné d'engager une vraie réflexion et une vraie concertation en amont avec la population sur les enjeux et les besoins en Très Haut Débit en Bretagne, avant d'engager des travaux d'infrastructures extrêmement ambitieux. Un tel projet d'un coût global de 2 à 3 milliards d'euros se doit d'être sérieusement mené tant il engage financièrement la Région. Tant d'autres urgences sociales et environnementales nécessiteront elles-aussi l'engagement de notre Région dans les années à venir.

Nous ne sommes pas contre le fait d'investir dans des politiques innovantes et nous partageons le diagnostic régional quant à la nécessaire intervention publique afin de lutter contre la fracture numérique qui ne pourrait que s'accroitre si le développement du Très Haut Débit était abandonné aux seuls opérateurs privés.
Nous tenons d'ailleurs à marteler ici l'impérieuse nécessité de fibrer en priorité les zones rurales et les zones ou quartiers urbains les moins bien desservis à ce jour dans un souci d'équité territoriale et sociale.

Nous nous réjouissons aussi que dans le cadre de Bretagne numérique, qui porte sur les usages du numérique, la Région reconnaisse, suite à nos amendements, la nécessité de la «prise en compte des risques technologiques et sanitaires» induits par ces technologies et s'engage à «promouvoir auprès des autres collectivités l'utilisation des technologies filaires» et la «necessité de respecter la norme d'exposition de 0,6 V/m en vue de l'abandon rapide du Wimax».

 

Lire la suite

Commenter cet article