Pour qu'enfin Énergie rime avec Démocratie; lettre à la conférence régionale de l'énergie

Publié le par Elu-e-s Europe Ecologie - Région Bretagne

Bannière Intergroupe EEB-UDB mail

 

Lettre aux membres de la Conférence Régionale de l'énergie.

Rennes le 24 septembre 2010.

 

Pour qu'enfin Énergie rime avec Démocratie


Depuis des mois l’hypothèse d’une centrale électrique au gaz, alimentée donc par une énergie fossile importée, est évoquée en Bretagne. L'État avance ses projets. A défaut d'être force de propositions, les institutions bretonnes suivent derrière.

Comme d’habitude, l’absence de débat sérieux sur l’avenir énergétique de la Bretagne, se conjugue avec des décisions prises ailleurs, par quelques hauts fonctionnaires éclairés. Ce moyen âge démocratique doit cesser pour laisser la place à un débat posant les enjeux, comparant les solutions et y associant réellement toutes les parties concernées.


Différentes hypothèses doivent être clairement comparées au plan économique, environnemental et social. Il faut que le B15, sous la houlette du conseil régional, anime une démarche sincère de comparaison.

1-     - La première est de diminuer la demande en développant les réseaux intelligents et en déployant toutes les technologies qui permettent d’enregistrer une baisse significative de la demande électrique (cf. « Smart Green Grid Initiative », initiative américaine du gouvernement Obama, éclairages basse tension, nouveaux compteurs…). Le dispositif Vir'Volt, mis en place à titre expérimental depuis 2008 dans le pays de St-Brieuc, prouve que cette solution est concrète pour peu qu'on la généralise à tout le territoire breton.

 -    - La deuxième est de programmer, sans combustion, un ensemble de solutions à partir des différentes énergies renouvelables électriques, grand éolien off shore, hydrolien…

3-     - La troisième est de promouvoir une  solution par une combustion compatible avec la lutte contre le réchauffement climatique : la cogénération au bois produisant simultanément électricité et chaleur et pouvant être déconcentrée intelligemment sur tout le territoire breton.

4-     - La quatrième est celle d'une centrale combinée gaz mis en avant par certains acteurs régionaux.

Il est possible aujourd'hui de faire des choix de haute qualité environnementale, créateurs d’emplois et efficaces au plan économique. Alors qu'une centrale d’appoint au gaz produisant une seule énergie, fonctionnant peu de jours par an est une immobilisation coûteuse, fortement émettrice en gaz à effet de serre. D'autres solutions existent. Elles passent par une stratégie cohérente d'aménagement du territoire qui fait aujourd'hui défaut.


Nous demandons que la conférence régionale de l'énergie, réunie à Rennes le 24 septembre, se prononce sur une démarche d'études de différents scenarii tout en associant les acteurs locaux à leur élaboration.


Nous attendons de l'État qu'il fasse sienne cette démarche. Mais parce que l'autonomie énergétique implique une autonomie de décision, nous demandons que la Région déclenche ce travail et  prenne les dispositions pour que les choix stratégiques bretons soient  pris en main par les grandes collectivités du territoire dans la transparence des coûts, de l’impact social, de l’efficacité énergétique comme de la contribution à la lutte contre l’effet de serre.

 

Guy Hascoët,  Président du groupe Europe Écologie au Conseil régional de Bretagne

Herri Gourmelen, Président du groupe UDB au Conseil régional de Bretagne 


Publié dans Energies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article