Maintenir la diversité de la pêche bretonne

Publié le par Elu-e-s Europe Ecologie - Région Bretagne

http://dl.dropbox.com/u/8591714/Moriceau.jpg

Session plénière du Conseil Régional de Bretagne des 23 et 24 juin 2011
Renouvellement de la flotte de pêche bretonne : vers la création d'un fonds d'intervention régional
Intervention de Janick Moriceau pour Europe Écologie Les Verts

 

La force de la pêche bretonne était sans nulle doute sa diversité : diversité des types de pêches, des espèces ciblées, des lieux de pêche. Une situation qui a permis d'affronter les aléas inhérents à une activité dépendante de l'exploitation des ressources naturelles, du climat, de marchés fortement internationalisés... ce ne fut certes pas sans douleur.

Aujourd'hui cette diversité est mise à mal. Le risque de voir disparaître la pêche portée par les navires de plus de 16 mètres est réel. Avec eux, c'est  l'existence de plusieurs places portuaires, déjà fortement fragilisées par les plans de sortie de flotte, qui est posée, celle de nombreuses entreprises de la filière coté amont, comme coté aval. Un équilibre déjà précaire peut s'effondrer comme un château de cartes.

La proposition de créer un fond d'investissement, fait suite à ce constat et nous amène aux réflexions suivantes :

- sur le rôle des banques : en exigeant pour un navire hauturier 40 % de fonds propres, ces dernières signent la fin de la pêche artisanale hauturière. Pratiquement aucun des navires existants aujourd'hui n'auraient pu être construit avec un tel niveau d'exigence. Nous ne pouvons continuer de nous substituer à les voir dans le même temps investir sur les marchés financiers internationaux et dans la pêche japonaise.

 

- La capacité des entreprises à amortir leur futur navire doit être sérieusement réfléchi et des gardes fou doivent être posés. L'un des principaux postes de charge à la pêche est la rémunération des équipages. Réduire ce poste, c'est réduire le nombre de marins embarqués, leur part dans les ventes du navires, et dégrader les conditions de travail et de sécurité... bref, un mécanisme que nous avons déjà vu à l'œuvre au cours de ces dernières années et qui est loin des engagements pris par notre assemblée.
Il nous semble sur ce point  qu'il faut notamment réfléchir à accroître la durée d'amortissement et inciter à un partage plus équitable des richesses produites et du capital qu'elles engendrent. A ce titre, un travail ouvrant la piste des SCOP devrait être envisagé.

 

Lire la suite

Commenter cet article