L'énergie du désespoir face à l'absurde...

Publié le par Elu-e-s Europe Ecologie - Région Bretagne

logo 2011 EELVB

 


Anne-Marie Boudou et René Louail, conseillers régionaux Europe Ecologie Les Verts Bretagne rencontrent ce matin sur le site de Saint-Allouestre (Morbihan), Franck Le Borgne, entrepreneur en installations photovoltaïques qui mène un combat désespéré pour obtenir un droit de raccordement qui aurait dû lui être délivré avant le moratoire décrété en décembre dernier par le gouvernement, sur le tarif de rachat de l'électricité solaire photovoltaïque.

Ils sont porteurs d'une lettre de soutien des députés européens Europe Ecologie Les Verts, Eva Joly et Yannick Jadot.


« Franck Le Borgne a choisi une position extrême, la grève de la faim, face à l'irresponsabilité de l'Etat et d'ErDF qui bloquent le raccordement de ses 6 projets pilotes d'installation photovoltaïque, fruits d'un travail de deux ans. Ce projet est trop avancé pour que l'Etat ou ErDF se lavent les mains face à un homme qui met sa vie en danger, espérant être enfin entendu », déclarent Anne-Marie Boudou et René Louail. « Même si nous préférons que l'implantation des panneaux photovoltaïques se fassent sur les toitures pour ne pas être en concurrence avec les terres agricoles », ajoutent-ils.


Comme lui, des entrepreneurs ont cru M. Sarkozy quand, grâce à l'affichage du Grenelle de l'environnement, il entendait soutenir la filière des énergies renouvelables pour qu'elle atteigne 23% de la production française d'énergie d'ici 2020. Ils ont investi temps et argent au sein de PME innovantes. Mais suite aux changements successifs des tarifs et des conditions de rachat de l'électricité, beaucoup d'entreprises, comme One Network, se trouvent aujourd'hui en grandes difficultés, ce qui est totalement contradictoire avec le souci permanent de M. Sarkozy de soutenir l'économie. Au final, ce sont les grandes entreprises, et en particulier EDF, qui ramassent la mise et gardent la main sur le marché, quitte probablement à le limiter pour qu'il ne gêne pas « le sacro-saint secteur du nucléaire français ».

« Nous sommes intervenus à plusieurs reprises au Conseil régional de Bretagne pour demander un soutien financier efficace et structuré à la filière des EnR pour qu'elle ait le temps de se développer. Il est temps d'apporter cette aide aux entreprises, d'autant que les lycées et les ports que gèrent la région peuvent accueillir plusieurs milliers de mètres carré de panneaux photovoltaïques », indiquent Anne-Marie Boudou et René Louail.


Publié dans Communiqués

Commenter cet article