Au-delà du Plan Algues vertes: agir sur les politiques agricoles pour inverser la tendance

Publié le par Elu-e-s Europe Ecologie - Région Bretagne

Communiqué de presse

12 août 2011

 

Inverser la tendance en cinq ans suppose une cohérence. Ce qu’affirme le président Le Drian pour devenir vrai, implique de dépasser l’actuel Plan Algues vertes, insuffisant pour nourrir une telle ambition. Le conseil scientifique d'état, dans ses avis de juillet 2010 et février 2011, est sans ambiguïté, affirmant « qu'en l'absence d'une forte réduction de la pression agricole, qui pourra nécessiter des changements structurels majeurs, les efforts entrepris aujourd'hui semblent avoir peu de chance d'aboutir aux objectifs escomptés en 2007 ».

 

Compte tenu de ces éléments, nous invitons tous les décideurs politiques qui s'inscrivent dans cette démarche à agir conjointement sur trois volets indissociables :

- l'abrogation de la loi de modernisation agricole (LMA) avec son amendement dit «Le Fur» permettant l'accélération de la concentration des productions avicoles et porcines.

- La proposition d'une loi d'orientation agricole, alimentaire et environnementale pour l'échéance 2012.

- La réaffectation des aides européennes octroyées à l'agroalimentaire (950 M/an en France) aux agriculteurs pour permettre la reconversion du modèle intensif par l'aug-mentation des mesures agro-environnementales systèmes (M.A.E).

 

 Ainsi pour la seule région Bretagne, l’unique stratégie crédible est la désintensification de l’élevage, en emblavant 200 000 ha en prairies supplémentaires, ce qui permettrait à la fois d'économiser 450 000 tonnes de soja, de créer plus de valeur ajoutée pour les agriculteurs, de participer à la dépollution des sols et à la reconquête de la qualité, de mener une politique l'eau, au niveau requis pour transformer des mots, en politique efficace.

Publié dans Communiqués

Commenter cet article