1er juillet 2010 : La Loi de Modernisation de l'Agriculture oublie les paysan-ne-s au profit de l'agro industrie et des agri-managers.

Publié le par europe-ecologie-regionbretagne.over-blog.com

en-tete-mail-EEB.gif

 Déclaration commune des députés Verts et des conseiller-e-s régionaux Europe Écologie Bretagne et UDB.

 

Jeudi 1 juillet 2010.

 

 

 

La Loi de Modernisation de l'Agriculture oublie les paysan-ne-s au profit de l'agro industrie et des agri-managers.

 

 

En Bretagne, le rythme de disparition du nombre d'exploitation agricole ne cesse de s'aggraver, tandis que les revenus des paysan-ne-s sont en chute libre (diminution de moitié entre 2008 et 2009). Le modèle agricole productiviste porte aussi une lourde responsabilité dans la dégradation de notre environnement.  A l'heure où les paysan-ne-s breton-ne-s sont plus que jamais en difficulté, l'Assemblée Nationale débat de la Loi de Modernisation de l'Agriculture et de la Pêche (LMAP).
 
Ce projet de loi, loin de prendre la mesure des enjeux auxquels nous devons faire face, défend un modèle uniforme de l’agriculture et ne fait qu’entériner le schéma productiviste mis en place depuis une quarantaine d’années. Encore une fois, on s'intéresse à l'agriculture sous l'angle de sa productivité, mais on oublie de s'intéresser à la situation des paysan-ne-s eux mêmes. En faisant la promotion de la contractualisation des relations commerciales entre agriculteurs et industriels, la LMAP ne fera qu'asservir les paysan-ne-s aux volontés de l'agro-industrie. Le statut d’ « agriculteur entrepreneur », quintessence de cette loi d’inspiration libérale, provoquera de même un tri entre les « bons » paysan-ne-s (qui entrent de plein pied dans la logique de la contractualisation) et les autres.
 
La première cause de la diminution du nombre de paysan-ne-s est l’insuffisance de leurs revenus. Le premier objectif de la LMAP aurait par conséquent du être d’assurer des prix équitables à la production comme composante principale du revenu des paysan-ne-s. Au lieu de cela la LMAP va aggraver « l'éradication des paysan-ne-s » au profit des agri-managers. Elle rendra de même caduc une éventuelle avancée de la réforme de la PAC en débat pour 2013 et par la même fragilisera la cohésion européenne.
 
La LMAP, confinée dans une logique libérale productiviste de court terme, n’a pas pris l’ampleur requise par l’urgence d’un changement du modèle agroalimentaire. Les premiers emplois verts, en Bretagne, en France comme partout ailleurs, ce sont les paysan-ne-s!
Nous appelons à la définition d'un nouveau contrat entre les agriculteurs et la société et demandons l'abrogation de la loi LMAP qui aura de lourdes conséquences pour les régions agricoles et particulièrement la Bretagne.
 
Yves Cochet, député vert et ancien ministre de l'environnement.
Pour les groupes Europe Écologie Bretagne et UDB,
Les présidents, Guy Hascoët et Herri Gourmelen.

Publié dans Agriculture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article